Ca y est. Les examens sont passés. Tests d’effort sur un vélo, où j’ai craché mes tripes et mes poumons.
Les premiers résultats semblent positifs et les « durites » paraissent en état normal. C’est rassurant.
Cela dit, c’est toujours le « bo..el » dans les hôpitaux parisiens. Convoqué à 12h 05 (ça ne s’invente pas, je peux mettre la convocation en ligne) j’en suis ressortis à plus de 18h (pour des examens qui durent une heure environ).
 
Cela m’a rappelé mon « séjour » aux urgences de Kremlin Bicêtre, il y a un an.
Suite à une poussée de TA (23) vers 8h30 du matin, mon épouse affolée téléphone à SOS médecin qui arrive dans le quart d’heure. (8h 45)
Inquiet, lui aussi, il fait venir une ambulance qui arrive en 13 minutes (9h) et qui me conduit toutes sirènes hurlantes aux urgences de KB.(arrivée à 9h15)
J’ai été examiné par un médecin à 16h 17 précises. J’avais le temps de crever gentiment dans les couloirs où l’on m’avait « entreposé ».
C’est ce que j’appelle « mettre une porte blindée en laissant la fenêtre ouverte »
Les médecins et le personnel soignant ne sont pas en cause et ils « subissent » eux-mêmes cet état de fait.
Les conséquenses dramatiques de la canicule 2003, ne semblent pas avoir fait réfléchir nos « politiques » aussi « nuls » les uns que les autres (du moins sur ce sujet).
 
Rassuré sur ma santé, je vais pouvoir à nouveau m’occuper de photo, vidéo, et de mes chats qui sont les sujets principaux de ce « blog »
Publicités