Nous revenons de chez le véto où nous avons pu voir notre « petite ».
Le premier contact a été inquiétant.
Elle était prostrée au fond de sa cage, ne bougeait pas.
Nous avons donc été autorisés à ouvrir la porte grillagée pour lui faire des câlins.
Elle nous a alors reconnus et s’est levée d’un coup pour se frotter à nous.
Elle s’est ensuite mise à manger alors qu’elle refusait toute nourriture.
En voyant cela, le véto a estimé qu’il vallait mieux que nous la récupérions demain et qu’une journée de « perfs » en moins était préférable à une « déprime » et à un refus de s’alimenter.
Quel bonheur d’avoir pu la caresser !
Entre cette chatte et nous, c’est vraiment de l’Amour.
Publicités