Vespa Sprint

Ceux qui me connaissent bien savent que j’ai (presque) toujours utilisé des deux roues (moto, scooter) du moins jusqu’en 2004.

A l’époque, c’était à la fois un plaisir et une nécessité car travaillant dans Paris il m’était difficile de me déplacer autrement. J’ai abandonné le « deux roues » à la suite du vol de mon Peugeot car à ce moment-là je travaillais en banlieue et n’avais plus de difficultés pour garer la voiture. Par ailleurs, le climat en Ile de France n’incitant pas spécialement à la pratique du deux roues je n’ai donc pas racheté de scooter.

Mon chemin a croisé récemment un Vespa, comme celui de la photo ci-dessus, qui était garé dans une rue de l’Isle sur Sorgue. Depuis, ça me « titille » à nouveau dans la mesure où le climat provençal incite nettement plus à rouler « nez au vent ».

J’ai trouvé sur « le bon coin » un Vespa d’occasion qui pourrait me convenir

Vespa125

On doit passer le voir près d’Aix en Provence samedi matin.

Sinon, j’ai trouvé un concessionnaire Vespa très sympa à Pernes les Fontaines (http://scootstendances.com/) et même un club qui organise des promenades dans la région (https://www.facebook.com/vespaclub.avignon?fref=ts) et où l’ambiance semble très conviviale.

Mais il faut pour cela que l’éventuel futur « pilote » soit lui-même en bon état.

Je passe cet après-midi un « test d’effort » à Cavaillon (auquel je vais un peu à reculons car mon père est mort en passant ce genre de test en 1989) et je n’ai jamais été doué pour réussir les examens.

Si tout se passe bien, je pourrais peut-être dire à nouveau « scoot un jour, scoot toujours ». Après 10 années d’abstinence je vais peut-être me « remettre en selle » (si longtemps sans aller « à la selle » cela relève d’une sacrée constipation).

Et si tout se passe mal et que ce projet n’aboutit pas, cela m’aura au moins permis de rêver pendant quelques jours (notre chat Netty n’allant guère mieux malgré l’insuline le moral est actuellement souvent dans « les chaussettes »).

 

Publicités